Piers Faccini et Antonio Zambujo, deux artistes qui invitent au voyage Concerts

La saison culturelle de Moissac se poursuit avec un double plateau ce vendredi 12 octobre, qui célèbre les musiques du monde. Le chanteur portugais Antonio Zambujo et l’artiste italo-britannique Piers Faccini se produiront Hall de Paris, à partir de 21 heures.

«António Zambujo chante le fado avec une voix d’ange, miroitante de nuances ambrées. Une voix à la beauté singulière et hospitalière, qui réunit en elle le masculin et le féminin. Dans son dernier album paru en France, Rua Da Emenda on pense comme souvent avec lui à quelques grands chanteurs brésiliens comme João Gilberto, Caetano Veloso et Chico Buarque, à Chet Baker et son jazz cool. Ses chansons sont autant de vignettes attachantes, comme des moments volés au quotidien et qui semblent cueillis dans les ruelles de Lisbonne et sur les bords du Tage. Au cœur d’orchestrations brillantes qui font la part belle aux guitares et aux instruments à vent, la clarinette et la trompette en tête sans oublier l’accordéon, ce sont l’amour et l’amitié qui tiennent les premiers rôles, incarnés par la voix de velours du chanteur.»

Le peintre qui chante

Piers Faccini se décrit encore comme un peintre qui fait de la musique, lui qui a échangé depuis déjà longtemps ses pinceaux contre une guitare folk. Ancien élève des Beaux-Arts à Paris, musicien autodidacte, l’Italo-Britannique est toujours loin des modes et hors du temps. «Piers Faccini est surtout aussi à l’aise dans une complainte napolitaine du XVIIIe siècle que dans un blues de La Nouvelle-Orléans où un folk mélancolique, collaborant avec des artistes aussi divers que Vincent Ségal, Dawn Landes, Rokia Traoré, Ben Harper, Ballaké Sissoko, Camille ou bien encore Ibrahim Maalouf. Le songwriter est surtout le citoyen de son propre imaginaire. Un îlot créatif qu’il situe cette fois en Sicile. Avec son projet «I Dreamed an Island», Piers Faccini s’envole cette fois vers l’âge d’or de cette île, aux XIIe et XIIIe siècle, lorsqu’elle était un carrefour bouillonnant des cultures latino-chrétienne, gréco-byzantine et arabo- islamique. Un pasodoble entre Orient et Occident qui, dans sa bouche et entre ses doigts, offre des contours inédits.»

La Dépêche du Midi

Tarifs : plein, 25 €; réduit : 22 €; abonnés : 20 €; moins de 12 ans : 6